Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2017

Aucun piège dans les 'dubia' : voici les cinq mots qui dissiperaient la confusion autour d'Amoris Laetitia

2167713677.jpeg

« Or il se fit un grand tourbillon de vent, et les vagues se jetaient dans la barque, en sorte que déjà la barque se remplissait. Lui était à la poupe, dormant la tête sur le coussin. Ils le réveillent et lui disent : « Maître, n’avez-vous point de souci que nous périssions ? » S’étant réveillé, il commanda avec force au vent et dit à la mer : « Tais-toi ! Silence ! » Et le vent tomba, et il se fit un grand calme. Et il leur dit : « Pourquoi êtes-vous ainsi peureux ? Comment n’avez-vous pas de foi ? » Et ils furent saisis d’une grande crainte, et ils se disaient les uns aux autres : « Qui donc est celui-ci, que même le vent et la mer lui obéissent ? » (Évangile selon Saint Marc 4, 37-41)

Comme souvent dans le Nouveau Testament, la parole est brève, la scène est laconique.  Mais en regardant le texte de plus près on remarque qu'au moins quatre des Apôtres - Simon Pierre, André, Jacques et Jean - étaient des pêcheurs expérimentés, qui passaient leur vie sur  l'eau. La tempête a dû être extrêmement violente pour les avoir tant terrifiés. Ils se tournent vers Notre-Seigneur et Le trouvent en train de dormir, et ils en sont quelque peu mécontents. Lorsqu'ils qu'ils Le réveillent avec leur préoccupation de désastre imminent, Il se tourne et avec trois mots – « Tais-toi ! Silence! » – , Il calme la tempête.

Quand on en vient à la crise créée dans l'Église — la bataille croissante sur le mariage, le divorce, le remariage, les sacrements pour ceux qui sont dans une situation objective de péché grave, et la question de l'existence du péché objectif lui-même —  notre Saint-Père, comme le Christ qu'il a le devoir de servir, a à sa disposition cinq mots simples qui feraient tomber la tempête :

« Non. Oui. Oui. Oui. Oui. »

Ce sont les seules réponses qu'un catholique puisse donner aux dubia. Il n'y a pas d'autres options. Pas d'exceptions, pas de discernement pastoral qui y échappe. Pas besoin de verbosité ou de plus de nuances. Pourquoi ?

Reformulées d'une façon simple et sommaire, les dubia s'énoncent essentiellement comme ceci :

  • Les divorcés-remariés qui sont toujours engagés dans une relation sexuelle peuvent-ils recevoir l'absolution et la communion sans changement de vie ?
  • Les normes morales absolues existent-elles toujours ?
  • Le péché grave objectif existe-t-il toujours ?
  • L'enseignement selon lequel quelles que soient les circonstances qui puissent amoindrir la culpabilité d'une personne, ces circonstances ne peuvent pas changer un acte intrinsèquement mauvais en un acte subjectivement bon, est-il toujours valide ?
  • L'enseignement de l'Église selon lequel le recours à la conscience n'autorise pas à se soustraire aux normes morales absolues, est-il toujours valide ?

Ces cinq questions sont simples, leurs réponses évidentes. Le Pape François peut faire tomber la tempête par ces cinq mots : « Non. Oui. Oui. Oui. Oui. »

[Prions pour qu'il ait le courage, la bonté et la sollicitude pastorale de les prononcer, de les publier et de les confirmer.]

 

D'après Steve Skojec pour OnePeterFive. Traduction abrégée par Espérance Nouvelle.

 

 

> Encyclique Veritatis Splendor (6 août 1993) : n. 56, 79, 81  [Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Latin, Polonais, Portugais]

> Exhortation apostolique post-synodale Familiaris Consortio (22 novembre 1981) : n. 84
[Anglais, Espagnol, Français, Italien, Polonais, Portugais]

> Exhortation apostolique post-synodale Sacramentum Caritatis (22 février 2007) : n. 29
[Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Latin, Néerlandais, Polonais, Portugais]

> Déclaration sur la communion pour les personnes divorcées et remariées (24 juin 2000)  [Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

> À propos de la réception des documents du Magistère et du désaccord public

 

Illustration : Radio Vatican

 

Écrire un commentaire