Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2017

Dimanche de la divine Miséricorde

Quels sont les différents noms traditionnels pour ce dimanche ?

Ce dimanche avait trois noms différents :

- "Octave de Pâques" ou "Pâques closes" : parce que ce jour est le huitième après Pâques.

- Dimanche in albis depositis : en souvenir de la cérémonie de la veille, où les néophytes avaient déposé leurs vêtements blancs.

- Dimanche de Quasimodo : en raison des premiers mots de l'introït.

Pourquoi l'appelle-t-on aussi "dimanche de la divine miséricorde" ?

Comme pour plusieurs autres fêtes, notre Seigneur a lui-même demandé, par l'intermédiaire d'une sainte religieuse (sainte Faustine), que soit instituée ce dimanche la fête de la divine miséricorde. Le pape Jean-Paul II y a répondu en l'an 2000.

"Je désire que la fête de la miséricorde soit le recours et le refuge pour toutes les âmes, et surtout pour les pauvres pécheurs. En ce jour les entrailles de ma miséricorde sont ouvertes, je déverse tout un océan de grâces sur les âmes qui s'approcheront de la source de ma miséricorde ; toute âme qui se confessera et communiera recevra le pardon complet de ses fautes et la remise de leur punition ; en ce jour sont ouvertes toutes les sources divines par lesquelles s'écoulent les grâces ; qu'aucune âme n'ait peur de s'apporcher de moi, même si ses péchés sont comme de l'écarlate. " (Jésus à Sainte Faustine)

 

Qu'est-ce que la Miséricorde ?

Selon l'étymologie, c'est un cœur qui se penche vers la misère. C'est le cœur de Dieu qui se penche vers ses créatures pour les ramener à Lui et ls serrer dans son cœur. "La miséricorde est le noyau central du message évangélique, c'est le nom même de Dieu, le visage par lequel il s'est révélé dans l'ancienne Alliance et pleinement en Jésus-Christ, incarnation de l'Amour créateur et rédempteur." (Benoît XVI)

Comment la recevoir ?

Pour recevoir la miséricorde, nous devons reconnaître nos fautes et les regretter, avec le ferme propos de nous en corriger. Le meilleur moyen pour la recevoir étant de l'exercer soi-même envers les autres : par des actes, des paroles ou la prière. "Si l'âme ne fait aucun acte de miséricorde quel qu'il soit, elle n'obtiendra pas ma miséricorde au jour du Jugement. Oh, si les âmes savaient amasser les trésors éternels, elles ne seraient pas jugées : elles devanceraient mon jugement par la miséricorde. " (Jésus à sainte Faustine)

Quelle prière Jésus nous a-t-il enseignée ?

Jésus a enseigné à Sainte Faustine un chapelet particulier. Quiconque le dira sera l'objet d'une grande miséricorde à l'heure de sa mort. On peut le réciter sur un chapelet ordinaire avec les prières usuelles au début : Notre Père.. puis :

- sur les gros grains : "Père Éternel, je vous offre le Corps et le Sang, l'Âme et la Divinité de votre Fils bien-aimé, notre Seigneur Jésus-Christ, en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier."

- sur les petits grains : "Par sa douloureuse Passion, ayez pitié de nous et du monde entier."

- pour terminer, 3 fois : "Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Éternel, ayez pitié de nous et du monde entier."

 

"Plus la misère de l'âme est grande, plus celle-ci aura droit à ma miséricorde... La source de ma miséricorde a été largement ouverte sur la Crois par la blessure de la lance, et depuis elle coule pour toutes les âmes, sans aucune exception." (Paroles de Jésus à Sainte Faustine)

Source : Missel quotidien complet. Editions Sainte-Madelein - Le Barroux, 2013.

27/03/2017

L'évangélisation, la vraie : vers l'éternité !

 

 

Quelques petites corrections. La citation concernant les "flocons de neige" est généralement attribuée à Sainte Thérèse d'Avila (ce qui n'empêche pas que Sainte Thérèse de Lisieux l'ait peut-être reprise). Le vénérable Fulton Sheen n'était pas Cardinal de New York, mais bien évêque de Rochester puis archevêque titulaire de Newport. Enfin, le jugement particulier consiste à être jugé avec justice par Jésus-Christ sur les 10 commandements, c'est-à-dire sur la foi, sur l'amour de Dieu et sur l'amour du prochain pour l'amour de Dieu.

> Sur le jugement particulier

> Sur les fins dernières

 

11/06/2016

Ses cauchemars ont cessé lorsque ce prêtre lui a dit la dure vérité sur l'avortement

 

 

Source : Priest: Woman’s nightmares ended when I told her the hard truth about abortion

 

26/12/2015

Saint Augustin : "O homme, éveille-toi; c'est pour toi que Dieu s'est fait homme"

saint augustin, nativité, sermon, justification de l'homme, rédemption, justification, témoignage, miséricorde, foi, justice, grâce1. Qu'est-ce que la naissance du Seigneur ? C'est la Sagesse de Dieu se montrant sous les formes d'un enfant ; c'est le Verbe de Dieu faisant entendre dans la chair des sons inarticulés. Mais ce Dieu caché saura se faire rendre témoignage par le ciel devant les Mages, et se faire annoncer aux bergers par la voix des anges. Ainsi nous célébrons aujourd'hui le jour anniversaire de celui où s'accomplit cette prophétie : « La Vérité s'est levée sur la terre, et la justice nous a regardés du haut des cieux (1) ». La Vérité qui est dans le sein du Père s'est levée sur la terre, pour être aussi dans le sein d'une mère. La Vérité qui porte le monde s'est levée sur la terre, pour être portée sur les mains d'une femme. La Vérité qui nourrit d'elle l'inaltérable bonheur des Anges, s'est levée sur la terre pour vivre elle-même du lait d'une mère. La Vérité que ne saurait contenir le ciel s'est levée sur la terre, pour être déposée dans une étable.

Pour l'avantage de qui cette incomparable grandeur se présente-t-elle à nous sous de si prodigieux abaissements ? Ce n'est pas assurément pour son avantage; mais, si nous croyons, il en résultera pour nous des biens immenses. O homme, éveille-toi; c'est pour toi que Dieu s'est fait homme. « Toi qui dors, lève-toi; lève-toi d'entre les morts, et le Christ t'illuminera (2) ». Oui, c'est pour toi que Dieu s'est fait homme; et s'il n'était né dans le temps, éternellement tu serais mort; jamais tu ne serais délivré de cette chair de péché, s'il n'en avait pris la ressemblance ; s'il ne te faisait une si grande miséricorde, tu serais livré à une misère sans fin; tu n'aurais point recouvré la vie , s'il ne s'était assujetti à mourir comme toi; tu aurais succombé, s'il ne t'avait secouru ; tu aurais péri, s'il n'était venu.

1. Ps. LXXXIV,12. — 2. Eph. V, 14.

2. Ainsi célébrons avec joie le jour de notre salut et de notre rédemption; célébrons le jour solennel où le grand jour, où le jour éternel qui naît d'un jour également grand et éternel également, fait son entrée dans notre jour temporel et si court. C'est lui qui « est devenu pour nous et justice, et sanctification, et rédemption, afin que, comme il est écrit, celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur (1) ». Ah ! nous devons nous garder de ressembler à ces Juifs orgueilleux « qui ignorent la justice de Dieu, qui veulent établir la leur, et qui se soustraient ainsi à la divine justice (2)». Aussi après ces mots : « La Vérité s'est levée sur la terre », lisons-nous aussitôt ceux-ci : « Et la justice a regardé du haut du ciel ». C'est pour détourner la faiblesse des mortels de chercher à s'attribuer cette justice, à s'approprier les dons divins; pour empêcher l'homme de prétendre qu'il se justifie, c'est-à-dire qu'il se rend juste lui-même et de dédaigner ainsi la justice de Dieu. « La Vérité s'est levée sur la terre » : le Christ a dit : « Je suis la Vérité (3) », et il est né d'une Vierge. — « Et la justice a regardé du haut du ciel » ; car en croyant à l'Enfant nouveau-né, l'homme est justifié, non par lui-même, mais par Dieu. « La Vérité s'est levée sur la terre » ; car « le Verbe s'est fait chair (4) ». — « Et la justice a regardé du haut du ciel » ; car « tout bien excellent et tout don parfait vient d'en-haut (5) ». « La Vérité s'est levée sur la terre » ; la chair est née de Marie. « Et la justice a regardé du haut du ciel » ; car « l'homme ne peut rien recevoir qui ne lui ait été donné du ciel (6)».

1. I Cor. I, 30, 31. — 2. Rom. X, 3. — 3. Jean, XIV,16. — 4. Ib. I, 14. — 5. Jacq. I, 17.- 6. Jean, III, 27.

3. « Ainsi donc justifiés par la foi, ayons la paix avec Dieu par Jésus-Christ Notre-Seigneur ; par qui aussi nous avons accès à cette grâce où nous sommes établis et où nous nous glorifions dans l'espoir de la gloire de Dieu (1)». Vous reconnaissez avec moi, mes frères, ces quelques paroles de l'Apôtre. J'aime d'en rapprocher quelques paroles aussi du psaume que nous citons et de découvrir le rapport qui les unit. « Justifiés par la foi, soyons en paix avec Dieu » ; c'est que « la justice et la paix se sont embrassées. — Par Jésus-Christ Notre-Seigneur » ; car « la Vérité s'est levée sur la terre. — Par qui aussi nous avons accès à cette grâce où nous sommes établis, et où nous nous glorifions dans l'espoir de la gloire de Dieu». Il n'est pas dit : De notre gloire, mais : « De la gloire de Dieu ». Aussi ce n'est pas de nous que vient la justice; « elle a regardé du haut du ciel ». — De là vient « que celui qui se glorifie doit se glorifier dans le Seigneur ». C'est pourquoi lorsque la Vierge eut donné naissance au Seigneur dont nous célébrons aujourd'hui la Nativité, les anges chantèrent cet hymne : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre au hommes de bonne volonté (2) ». Eh ! d'où vient cette paix donnée à la terre, sinon de ce que « la Vérité s'est levée sur la terre » ; de que le Christ a reçu une naissance charnelle ? Et « c'est Lui qui est notre paix, puisque de deux choses il en a fait une (3) » ; en nous rapprochant par les doux liens de l’unité, pour faire de nous des hommes de bonne volonté.

Ah ! réjouissons-nous de cette grâce, afin de mettre notre gloire dans le témoignage de notre conscience; afin de nous y glorifier, non pas en nous, mais dans le Seigneur. Voilà pour quoi il est écrit : «C'est vous qui êtes ma gloire et qui m'élevez la tête (4) ». Dieu lui-même pouvait-il faire briller à nos yeux une grâce plus généreuse ? Il n'a qu'un Fils unique et il fait de lui un Fils de l'homme, afin d'élever le Fils de l'homme jusqu'à la dignité, de Fils de Dieu ! Cherche ici quel est notre, mérite, quelle est notre justice, quel motif détermine le Seigneur : découvriras-tu autre chose que sa grâce ?

1. Rom. V, 1, 2. - 2. Luc, II, 14. — 3. Ephés. II, 14. — 4. Ps. III, 4.

 

Source : SERMON CLXXXV. POUR LE JOUR DE NOEL. II. JUSTIFICATION DE L'HOMME.

11/12/2015

Qu’est-ce que la miséricorde? Et son histoire dans la Révélation?

Entretien avec l’abbé Fabrice Loiseau, supérieur et fondateur des Missionnaires de la Miséricorde Divine.

 

Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté avec sa "fiche résumé" accompagnée d’une bibliographie pour aller plus loin

08/12/2015

Encyclique Haurietis Aquas in Gaudio sur le culte du Sacré Cœur de Jésus - I - "Vous puiserez des eaux avec joie aux sources du Sauveur"

Divina_Misericordia_(Eugeniusz_Kazimirowski,_1934).jpg

 

HAURIETIS AQUAS IN GAUDIO

 

LETTRE ENCYCLIQUE
DE SA SAINTETÉ LE PAPE PIE XII
SUR LE CULTE DU SACRÉ CŒUR DE JÉSUS

 

1. «Vous puiserez des eaux avec joie aux sources du Sauveur.» Par ces mots, le prophète Isaïe, en se servant d'images expressives, prédisait ces dons de Dieu multiples et surabondants que l'ère chrétienne allait apporter. Ces mots, disons‑Nous, Nous viennent spontanément à l'esprit, au moment de célébrer le centenaire du jour où Notre Prédécesseur d'immortelle mémoire, Pie IX, condescendant volontiers aux vœux qui affluaient de tout le monde catholique, ordonna de célébrer la fête du Sacré-Cœur de Jésus dans l'Église universelle.

2. À la vérité, il est impossible d'énumérer les dons célestes que le culte rendu au Sacré-Cœur de Jésus répand dans les cœurs des fidèles : il les purifie, les ranime par ses divines consolations et il les entraîne à l'acquisition de toutes les vertus. C'est pourquoi, Nous souvenant du mot très sage de l'apôtre saint Jacques : «Tout beau présent, tout don parfait vient d'en haut et descend du Père des lumières», Nous voyons à bon droit, dans ce culte même, qui plus ardent que jamais prospère dans le monde entier, le don inestimable que le Verbe incarné et notre divin Sauveur, en tant que médiateur unique de grâce et de vérité entre son Père céleste et le genre humain, a communiqué à l'Église, sa mystique Épouse, dans le cours de ces derniers siècles, où il lui faut surmonter tant de difficultés et supporter tant d'épreuves.

Grâce à ce don inestimable, l'Église peut en effet manifester une charité plus ardente à l'égard de son divin Fondateur et, pour ainsi dire, réaliser plus largement cette exhortation que, nous dit saint Jean l'Évangéliste, Jésus proféra lui‑même : «Le dernier jour de la fête, le plus solennel, Jésus debout, s'écria : "Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi et qu'il boive. Celui qui croit en moi, comme l'a dit l'Écriture, des fleuves d'eau vive couleront de son sein." Il disait cela de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui.» Il n'était pas difficile pour ceux qui l'entendaient parler, de rapporter ces mots, par lesquels il promettait une source d'eau vive qui devait naître de leur sein, aux paroles des saints prophètes Isaïe, Ézéchiel et Zacharie dans leurs prédictions du règne du Messie, ou encore à cette pierre symbolique d'où l'eau jaillit miraculeusement sous la verge de Moïse.

3. La charité divine tire sa première source du Saint‑Esprit, qui est l'Amour personnel tant du Père que du Fils au sein de l'auguste Trinité. C'est donc très justement que l'Apôtre des nations, faisant comme écho aux paroles de Jésus‑Christ, attribue l'effusion de la charité dans les âmes des fidèles à cet Esprit d'amour : «L'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l'Esprit‑Saint qui nous a été donné.»

(...)

 

Encyclique Haurietis Aquas in Gaudio sur le culte du Sacré Cœur de Jésus

 

Pio_XII_Pacelli.jpg

 

> Le texte intégral de l'encyclique en français

> Encyclique Haurietis Aquas in Gaudio: intratext

> Culte et dévotion au Sacré-Coeur de Jésus : Haurietis Aquas

> Haurietis Aquas : [Allemand, Anglais, Espagnol, Italien, Latin, Portugais]

 

29/11/2015

« Il faut que nous soyons prêts car, bientôt, nos églises seront pleines ! »

le-pere-hubert-lelievre_article.jpgÀ Bollène (Vaucluse), le Père Hubert Lelièvre a lancé une campagne de restauration de la chapelle du Saint-Sacrement, où l’on prie aux intentions de la vie et de la famille. Un geste prophétique pour ce missionnaire ardent, persuadé que « le christianisme vit ses débuts ».

Le Père Hubert Lelièvre y croit dur comme fer : « Il faut que nous soyons prêts car, bientôt, nos églises seront pleines ! » Pour cette raison, le prêtre, fondateur de la famille missionnaire L’Évangile de la vie, a souhaité lancer une campagne de rénovation de la chapelle du Saint-Sacrement de Bollène (Vaucluse), dont il a la charge. Une chapelle édifiée en 1734, de taille modeste, et dotée d’un beau retable de la même époque. Depuis la halte récente ici du reliquaire des parents de la petite Thérèse de retour de Rome, un portrait des saints époux trône en bonne place sur le retable, à proximité du tabernacle et non loin de la représentation de Marie qui défait les nœuds.

« Certains s’étonnent de cette rénovation. J’explique mon choix par trois raisons : 1°/ j’aime Jésus 2°/ je veux Le faire aimer 3°/ il y a urgence à mettre le feu dans ce monde ! », explique encore le Père Lelièvre. De plus, la chapelle du Saint-Sacrement est un lieu d’adoration fréquenté, où l’on prie spécifiquement aux intentions de la vie et de la famille. « C’est un lieu de guérison, où les gens déposent des choses lourdes comme des divorces, des avortements », confie le prêtre en soutane. La maison de Bollène, à deux pas de l’A 7, sert de halte à de nombreuses familles sur la route des vacances. Des jeunes gens viennent trouver ici le calme pour réviser leurs examens dans une atmosphère simple et chaleureuse.

Le responsable de la famille missionnaire L’Évangile de la vie veut promouvoir la prière pour la vie et les familles en difficulté. Pour preuve, il y a quelques jours à peine, il est revenu de Rome avec près de quarante mille chapelets en plastique blanc remplissant sa voiture jusqu’au plafond ! Le prêtre appuie sa conviction sur les signes des temps. « Jamais l’Église n’a été autant crucifiée, jamais la famille n’a été autant réduite en lambeaux ! Nous souffrons, c’est certain, mais le Ciel s’ouvre sur la terre. Tout ce qui est sans Dieu s’écroule et tous les voyants sont au vert pour l’Église ! », s’enthousiasme-t-il.

Méthode Coué ? « Absolument pas ! Les gens ont tellement été privés de Dieu que leur soif est immense. J’en veux pour preuve le nombre croissant de Français qui visitent les églises. D’autre part, comme prêtre, je suis le témoin d’un grand désir de sainteté parmi les jeunes générations. Ainsi, pour toutes ces raisons, je suis persuadé que le christianisme n’en est qu’à ses débuts. »

Une « connotation éternelle »

Mme Pons est restauratrice de monuments anciens. C’est à elle et son fils qu’a été confiée la restauration de la chapelle. Dès que possible, elle souhaite ôter les murs en Placoplatre qui ont été posés à la hâte après les inondations de 1993 sur tout le périmètre de la chapelle. « L’eau est montée à plus de 1,60 m », explique-t-elle. « Derrière le Placo, les murs sont gorgés d’eau ! » Après, elle traitera le plafond, remplaçant sur les moulures la bronzine par des feuilles d’or. Familière des rénovations d’église, Mme Pons aime « la connotation éternelle » prise par son travail dans un pareil environnement. « Quand le chantier est terminé, je sais qu’une partie de moi va rester ici en adoration. » En adoration avec toutes les âmes que le Père Lelièvre entend guider vers le Bon Dieu.

Benjamin Coste pour Famille Chrétienne

22/10/2015

Les réponses limpides du Cardinal Arinze à propos du synode sur la famille

 

Le Cardinal Francis Arinze, le Cardinal-Évêque de Velletri-Segni auquel les Papes Jean-Paul II et Benoît XVI ont confié la charge de Préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, a accordé le 16 octobre un entretien au journaliste américain John L. Allen Jr. pour Crux, relayée par Father Z sur WDTPRS et traduite par Espérance Nouvelle.

cardinal arinze,synode sur la famille

Rome - 16 octobre 2015 - Par John L. Allen Jr.
Traduction française : Espérance Nouvelle - 22 octobre 2015

Quelle issue les Africains souhaitent-ils pour ce synode ?

Je pense qu'ils aimeraient que le synode affirme d'une voix claire que le mariage vient de Dieu, comme une union entre un homme et une femme. Dieu a créé un Adam et une Ève. Lorsque le Christ est venu, il a béni cette unité du mariage. Il est allé à la fête de mariage à Cana, et il a fait son premier miracle connu en changeant l'eau en vin, ce qui signifie qu'il a confirmé que le mariage vient de Dieu, pas des êtres humains, donc les êtres humains ne peuvent pas le réinventer ni le redéfinir.

Êtes-vous convaincu qu'il n'est pas possible d'inviter les catholiques divorcés et civilement remariés à recevoir la communion ?

C'est exact, en ce sens que le Christ a dit: «Ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas», et selon l'interprétation traditionnelle donnée par l’Église catholique, cela signifie qu'un mariage consommé sanctifié par le sacrement ne peut être rompu par aucune autorité.

Y compris l'autorité de l’Église ?

En effet, même l'autorité de l'Église ne peut le rompre. Par conséquent, si un homme quitte une femme ou lui demande de partir, ou si elle fait la même chose, et qu'ils trouvent un nouveau partenaire, cela ne peut être approuvé. Le Christ n'a qu'un mot pour une personne qui fait cela: "adultère". On ne peut pas améliorer ce que le Christ a dit. On ne peut pas être plus sage que lui, ni dire qu' "il y a une circonstance qu'il n'avait pas prévue". On ne peut pas être plus miséricordieux que le Christ.

Nous devons trouver un moyen d'aider les "divorcés remariés", [mais] nous ne les aidons pas en disant: "Venez recevoir la Sainte Communion".

L'Eucharistie n'est pas quelque chose que nous possédons, et que nous pouvons donner à nos amis et à ceux avec qui nous sympathisons... L'idée du péché n'est pas une chose nouvelle inventée par des conservateurs modernes dans l'Église. C'est le Christ Lui-même qui a appelé cela un péché, et il a utilisé le mot "adultère". Il sait de quoi Il parle. Comment pourrions-nous faire marche arrière sur ce point sans quitter le Christ ?

Rappelez-vous, c'est Dieu seul qui fera le jugement dernier, pas nous, pas même une demi-douzaine de cardinaux du Vatican. Dieu jugera les circonstances de chaque personne, mais objectivement on ne peut pas approuver [le divorce et le remariage]. [...]

Il y a eu une discussion au synode sur la recherche d'un «nouveau langage», en particulier sur l'homosexualité, décrit comme quelque chose de plus inclusif et accueillant. Quelle impression cela donne-t-il du point de vue africain?

Je serais suspicieux, parce que je me demanderais quel type de nouveau langage que vous voulez. Ne devrions-nous pas appeler les choses par leur nom, en appelant le bien "bien" et le mal "mal" ? Nous ne condamnons pas la personne, mais nous n'approuvons pas l'acte.

L'un des devoirs des évêques est d'enseigner, et il est très important que l'Évangile reste sans dilution, sans ajouter ni soustraire du sel ou du poivre. Le message n'est pas le nôtre. Le message du Christ doit briller clairement sur ce qu'est le mariage. Si deux hommes se réunissent à des fins commerciales, nous ne nous en inquiétons pas. Mais s'ils commencent à appeler cela un mariage, ne voyez-vous pas que ça ne va plus du tout ?

Certains au synode ont parlé de permettre que les décisions sur les divorcés remariés, ou sur l'homosexualité, soient décentralisées, et prises au niveau des conférences épiscopales régionales ou nationales ou par les évêques individuels. Quelle est votre impression à ce sujet ?

Allez-vous me raconter qu'il peut y avoir une conférence épiscopale nationale dans un pays qui approuverait quelque chose qui, dans une autre conférence épiscopale, serait considérée comme un péché ? Le péché va-t-il changer en fonction des frontières nationales ? Nous deviendrions des églises nationales. N'y a-t-il pas d'autres appartenances religieuses dans le monde qui sont dangereusement proche de cela ?

Les conférences épiscopales nationales sont importantes et devraient avoir un rôle clair, mais je ne pense pas que cela devrait inclure ces domaines-là. Cela ressemble dangereusement à une nationalisation du bien et du mal. [...]

De nombreux observateurs parlent d'un "moment africain" dans le catholicisme. Que peut apporter l'Afrique à l'Église pour ses besoins actuels ?

Sans nous vanter ni prétendre que l'Afrique a le monopole sur les bonnes choses, il y a certaines choses que nous pouvons apporter. [Par exemple], les Africains peuvent partager la joie d'être chrétien. Le christianisme est une bonne nouvelle en Afrique. Les jeunes s'engagent dans le christianisme avec un profond sens du sacrifice.

Lorsque j'étais archevêque, j'ai établi un monastère de religieuses bénédictines cloîtrées en 1978, l'année des trois papes. Un couvent italien a envoyé quatre religieuses, trois Italiennes et une Nigériane, pour le fonder. Maintenant il y a 120 moniales. Elles ont fondé un autre monastère au Nigeria avec 50 religieuses, et elles en ont repris plus d'un en Italie, où il y a 10 moniales, tous Nigérianes. Les Italiennes sont décédées, seules restent les Nigérianes. Elles ont aussi envoyé des moniales à d'autres couvents en Italie et en Espagne, tranquillement, sans aucun bruit.

Les jeunes sont prêts à se donner. Ils répondent à l'appel. Les jeunes ne sont pas allergiques au sacrifice, et les Africains peuvent partager cela. Les Africains prennent part à la mission de l'Église.

 

Sources: WDTPRS / Crux. Traduit de l'anglais par Espérance Nouvelle.

 

Lire aussi:

> [VIDEO] : Wherein Card Arinze explains “conscience”

> [VIDEO] Arinze rebuts cardinal’s claim that Catholic faith is unrealistic: ‘Who do you think you are? Greater than Christ?’

> [VIDEO] Romanian doctor at Synod says Cupich, others giving encouragement to homosexuality is ‘criminal’

> Card. Urosa Savino of Caracas to the Synod: Can we contradict the teachings of the Lord, St. Paul, the Church?

> Archbp. Aquila: German bishops promote “cheap grace”

> URGENT: Romanian Greek Catholic Doctor’s speech to Synod! Members (all) get a serious talking to!

> Sam Gregg: Intrinsic Evils, Final Realities, and the Synod

> EWTN (Fr. Murray) analysis of Synod from a couple days ago

> Card. Burke on devolution of doctrine to local bishops and conferences

 

01/09/2015

Jubilé extraordinaire: le pape François, l'avortement, l'Année Sainte, les oeuvres de miséricorde et la Fraternité Saint-Pie X

 

Lettre du Saint-Père François au Président du Conseil Pontifical pour la Promotion de la Nouvelle Évangélisation à l'approche du Jubilé Extraordinaire de la Miséricorde

 

A mon vénéré frère
Mgr Rino Fisichella
président du Conseil pontifical
pour la promotion de la nouvelle évangélisation

L’approche du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde me permet de me concentrer sur certains points sur lesquels je considère qu’il est important d’intervenir afin de permettre que la célébration de l’Année Sainte soit pour tous les croyants un véritable moment de rencontre avec la miséricorde de Dieu. Je désire en effet que le Jubilé soit une expérience vivante de la proximité du Père, permettant presque de toucher du doigt sa tendresse, afin que la foi de chaque croyant se renforce et que le témoignage devienne ainsi toujours plus efficace.

Ma pensée va, en premier lieu, à tous les fidèles qui, dans chaque diocèse ou comme pèlerins à Rome, vivront la grâce du Jubilé. Je désire que l’indulgence jubilaire soit pour chacun une expérience authentique de la miséricorde de Dieu, qui va à la rencontre de tous avec le visage du Père qui accueille et pardonne, oubliant entièrement le péché commis. Pour vivre et obtenir l’indulgence, les fidèles sont appelés à accomplir un bref pèlerinage vers la Porte Sainte, ouverte dans chaque Cathédrale ou dans les églises établies par l’évêque diocésain, ainsi que dans les quatre basiliques papales à Rome, comme signe du désir profond de véritable conversion. De même, j’établis que l’on puisse obtenir l’indulgence dans les sanctuaires où est ouverte la Porte de la Miséricorde et dans les églises qui sont traditionnellement identifiées comme jubilaires. Il est important que ce moment soit uni, avant tout, au Sacrement de la Réconciliation et à la célébration de la sainte Eucharistie par une réflexion sur la miséricorde. Il sera nécessaire d’accompagner ces célébrations par la profession de foi et par la prière pour ma personne et pour les intentions que je porte dans mon cœur pour le bien de l’Église et du monde entier.

Je pense, en outre, à ceux qui, pour divers motifs, n’auront pas la possibilité de se rendre à la Porte Sainte, en premier lieu les malades et les personnes âgées et seules, que leurs conditions empêchent souvent de sortir de chez eux. Pour ces personnes, il sera d’une grande aide de vivre la maladie et la souffrance comme expérience de proximité au Seigneur qui, dans le mystère de sa passion, mort et résurrection, indique la voie maîtresse pour donner un sens à la douleur et à la solitude. Vivre avec foi et espérance joyeuse ce moment d’épreuve, en recevant la communion ou en participant à la Messe et à la prière communautaire, également à travers les divers moyens de communication, sera pour elles la façon d’obtenir l’indulgence jubilaire. Ma pensée va aussi aux détenus, qui font l’expérience de la restriction de leur liberté. Le Jubilé a toujours constitué l’opportunité d’une grande amnistie, destinée à toucher de nombreuses personnes qui, bien que méritant une peine, ont toutefois pris conscience de l’injustice qu’elles ont commise, et désirent sincèrement s’insérer à nouveau dans la société en apportant leur contribution honnête. Qu’à toutes ces personnes parvienne de façon concrète la miséricorde du Père qui désire être proche de ceux qui ont le plus besoin de son pardon. Dans les chapelles des prisons, elles pourront obtenir l’indulgence et, chaque fois qu’elles passeront par la porte de leur cellule, en adressant leur pensée et leur prière au Père, puisse ce geste signifier pour elles le passage de la Porte Sainte, car la miséricorde de Dieu, capable de transformer les cœurs, est également en mesure de transformer les barreaux en expérience de liberté.

J’ai demandé que l’Église redécouvre en ce temps jubilaire la richesse contenue dans les œuvres de miséricorde corporelle et spirituelle. L’expérience de la miséricorde, en effet, devient visible dans le témoignage de signes concrets comme Jésus lui-même nous l’a enseigné. Chaque fois qu’un fidèle vivra l’une ou plusieurs de ces œuvres en première personne, il obtiendra certainement l’indulgence jubilaire. D’où l’engagement à vivre de la miséricorde pour obtenir la grâce du pardon complet et total en vertu de la force de l’amour du Père qui n’exclut personne. Il s’agira donc d’une indulgence jubilaire plénière, fruit de l’événement lui-même qui est célébré et vécu avec foi, espérance et charité.

Enfin, l’indulgence jubilaire peut être obtenue également pour les défunts. Nous sommes liés à eux par le témoignage de foi et de charité qu’ils nous ont laissé. De même que nous les rappelons dans la célébration eucharistique, ainsi, nous pouvons, dans le grand mystère de la communion des Saints, prier pour eux afin que le visage miséricordieux du Père les libère de tout résidu de faute et puisse les accueillir dans ses bras, dans la béatitude qui n’a pas de fin.

L’un des graves problèmes de notre temps est sans aucun doute le changement du rapport à la vie. Une mentalité très répandue a désormais fait perdre la sensibilité personnelle et sociale adéquate à l’égard de l’accueil d’une vie nouvelle. Le drame de l’avortement est vécu par certains avec une conscience superficielle, qui semble ne pas se rendre compte du mal très grave qu’un tel acte comporte. Beaucoup d’autres, en revanche, bien que vivant ce moment comme un échec, considèrent ne pas avoir d’autres voies à parcourir. Je pense, en particulier, à toutes les femmes qui ont eu recours à l’avortement. Je connais bien les conditionnements qui les ont conduites à cette décision. Je sais qu’il s’agit d’un drame existentiel et moral. J’ai rencontré de nombreuses femmes qui portaient dans leur cœur la cicatrice de ce choix difficile et douloureux. Ce qui a eu lieu est profondément injuste; pourtant, seule sa compréhension dans sa vérité peut permettre de ne pas perdre l’espérance. Le pardon de Dieu à quiconque s’est repenti ne peut être nié, en particulier lorsqu’avec un cœur sincère, cette personne s’approche du Sacrement de la Confession pour obtenir la réconciliation avec le Père. C’est également pour cette raison que j’ai décidé, nonobstant toute chose contraire, d’accorder à tous les prêtres, pour l’Année jubilaire, la faculté d’absoudre du péché d’avortement tous ceux qui l’ont provoqué et qui, le cœur repenti, en demandent pardon. Que les prêtres se préparent à cette tâche importante en sachant unir des paroles d’authentique accueil à une réflexion qui aide à comprendre le péché commis, et indiquer un itinéraire de conversion authentique pour pouvoir obtenir le pardon véritable et généreux du Père qui renouvelle tout par sa présence.

Une dernière considération s’adresse aux fidèles qui, pour diverses raisons, désirent fréquenter les églises où les offices sont célébrés par les prêtres de la Fraternité Saint Pie X. Cette Année jubilaire de la Miséricorde n’exclut personne. Certains confrères évêques m’ont fait part en plusieurs occasions de leur bonne foi et pratique sacramentelle, unie toutefois à la difficulté de vivre une situation pastorale difficile. J’espère que dans un proche avenir, l’on pourra trouver les solutions pour retrouver une pleine communion avec les prêtres et les supérieurs de la Fraternité. Entre temps, animé par l’exigence de répondre au bien de ces frères, j’établis, par ma propre disposition, que ceux qui, au cours de l’Année Sainte de la Miséricorde, s’approcheront, pour célébrer le Sacrement de la Réconciliation, des prêtres de la Fraternité Saint Pie X recevront une absolution valide et licite de leurs péchés.

M’en remettant à l’intercession de la Mère de la Miséricorde, je confie à sa protection la préparation de ce Jubilé extraordinaire.

Du Vatican, le 1er septembre 2015.

FRANCISCUS

 

Source : Site officiel du Saint-Siège - Lettre du Saint-Père François - 1er septembre 2015

 

Les œuvres de miséricorde

 

Les sept œuvres de miséricorde corporelle :

 

1. Donner à manger à ceux qui ont faim.
2. Donner à boire à ceux qui ont soif.
3. Vêtir ceux qui sont nus.
4. Loger les pèlerins.
5. Visiter les malades.
6. Visiter les prisonniers.
7. Ensevelir les morts.

 

Les sept œuvres de miséricorde spirituelle :

 

1. Conseiller ceux qui doutent.
2. Enseigner ceux qui sont ignorants.
3. Réprimander les pécheurs.
4. Consoler les affligés.
5. Pardonner les offenses.
6. Supporter patiemment les personnes importunes.
7. Prier Dieu pour les vivants et pour les morts.

 

Compendium du Catéchisme de l’Église Catholique, "Formules de la doctrine catholique", p.198

 

 

Communiqué de la Maison générale de la Fraternité Saint-Pie X sur la lettre du pape François à l’approche de l’Année sainte

1er septembre 2015

 

La Fraternité Saint-Pie X apprend, par la presse, les dispositions que le pape François a prises à l’occasion de la prochaine Année sainte. Dans le dernier paragraphe de sa lettre adressée, ce 1er septembre 2015, à Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, le Saint-Père écrit : « J’établis, par ma propre disposition, que ceux qui, au cours de l’Année sainte de la Miséricorde, s’approcheront, pour célébrer le sacrement de la Réconciliation, des prêtres de la Fraternité Saint-Pie X recevront une absolution valide et licite de leurs péchés. »

La Fraternité Saint-Pie X exprime sa reconnaissance au Souverain Pontife pour ce geste paternel. Dans le ministère du sacrement de pénitence, elle s’est toujours appuyée, en toute certitude, sur la juridiction extraordinaire que confèrent les Normae generales du Code de droit canonique. A l’occasion de cette Année sainte, le pape François veut que tous les fidèles qui souhaitent se confesser aux prêtres de la Fraternité Saint-Pie X puissent le faire sans être inquiétés.

Lors de cette année de conversion, les prêtres de la Fraternité Saint-Pie X auront à cœur d’exercer avec une générosité renouvelée leur ministère au confessionnal, suivant l’exemple de dévouement inlassable que le saint Curé d’Ars a donné à tous les prêtres.

Menzingen, le 1er septembre 2015

 

Source : FSSPX/MG – DICI du 01/09/2015

 

Histoire de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X

Témoignage de Mgr Jacques Masson

Ami du pape Jean-Paul II, entré dans la Fraternité Saint-Pie X à sa fondation et sorti quelques années plus tard, puis incardiné à Rome par le pape Jean-Paul II

 

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 1

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 2

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 3

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 4

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 5

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 6

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 7

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 8

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 9

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 10

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 11

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 12

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 13

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 14

 

Copie sur un autre site: Témoignage de Mgr Jacques Masson

 

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 1

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 2

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 3

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 4

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 5

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 6

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 7

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 8

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 9

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 10

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 11

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 12

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 13

Histoire de la FSSPX: témoignage de Mgr Jacques Masson - 14

 

05/07/2015

Homélie de Saint Jean Chrysostome: le péché de Saint Pierre

Saint Jean Chrysostome

Docteur de l’Église

Pierre devait recevoir les clés de l'Église, plus encore les clés des cieux, et le gouvernement d'un peuple nombreux devait lui être confié. Le Seigneur lui avait dit : « Tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux » (Mt 16,19). Si Pierre, avec sa tendance à la sévérité, était resté sans péché, comment aurait-il pu faire preuve de miséricorde pour ses disciples? Or, par une disposition de la grâce divine, il est tombé dans le péché, si bien qu'après avoir fait lui-même l'expérience de sa misère, il a pu se montrer bon envers les autres.

     Rends-toi compte : celui qui a cédé au péché, c'est bien Pierre, le coryphée des Apôtres, le fondement solide, le rocher indestructible, le guide de l'Église, le port imprenable, la tour inébranlable, lui qui avait dit au Christ : « Même si je dois mourir avec vous, je ne vous renierai pas » (Mt 26,35); lui qui, par une divine révélation, avait confessé la vérité : « Vous êtes le Messie, le Fils du Dieu vivant » (Mt 16,16).

     Comme je l'ai déjà dit, Dieu en a disposé ainsi et a permis que Pierre commette un péché, parce qu'un peuple nombreux allait lui être confié : car il ne fallait pas que, sévère parce que sans péché, il soit incapable de pardonner à ses frères. Il a été soumis au péché pour que la conscience de sa faute et du pardon reçu du Seigneur, le conduise à pardonner aux autres par amour. Il accomplissait ainsi une disposition providentielle conforme à la manière d'agir de Dieu.

     Il a fallu que Pierre, lui à qui l'Église devait être confiée, la colonne des Églises, le port de la foi, le docteur du monde, se montre faible et pécheur. C'était, en vérité, pour qu'il puisse trouver dans sa faiblesse une raison d'exercer sa bonté envers les autres hommes.

 

Source: Saint Jean Chrysostome, docteur de l'Église, Homélie sur saint Pierre et saint Élie, 1; PG 50, 727-728. (Catena Aurea)